Accueil

« A la liste traditionnelle des droits de l’homme est apparu un droit nouveau : celui de s’épanouir. »

 

Pourquoi consulter un psychologue ?

« Vous avez bien fait de demander de l’aide ».

 

Il n’y a pas de réponses toutes faites à cette question. Il n’y a pas non plus de bonnes ou de mauvaises raisons pour aller rencontrer un psychologue. L’idée d’aller consulter un psychologue peut être individuelle. Elle peut aussi venir de l’extérieur, parce qu’un proche, un ami ou un professionnel vous le recommande. L’intention d’aller voir un psychologue naît souvent d’interrogations, d’une curiosité personnelle. Elle peut également venir d’un désir de changement. Ou encore, elle surgit suite à un mal-être, une souffrance, passagère ou profonde. Peu importe l’élan premier qui pousse à aller rencontrer un psychologue, il s’agit toujours d’une démarche pour soi, comme un moment que l’on s’accorde à soi-même et pour soi-même.

Bien évidemment, chaque personne peut rencontrer des difficultés à un moment donné de son existence. Cela ne veut pas dire qu’elles dureront et que rien ne pourra changer. Bien au contraire, l’être humain dispose de ressources suffisantes pour aller vers le changement. Seulement, lorsque le problème rencontré semble insurmontable ou installé depuis trop longtemps, ou encore que la souffrance ressentie est trop importante, l’aide d’un professionnel peut se faire sentir.

Première consultation : la Rencontre

Le premier échange se fait par téléphone, pour la prise d’un rendez-vous. Lors de cet appel, au-delà de convenir d’une date de rencontre, il vous sera demandé des petites informations afin de mieux saisir vos attentes lors de la consultation.

 

Des premières consultations, résulte une Rencontre. L’important est d’accorder, lors de ces premiers échanges, un intérêt plus approfondi à votre demande, mais également de mieux vous connaître, à la fois dans votre individualité mais aussi de manière plus complexe, dans votre globalité.

Cette rencontre est aussi mutuelle : le thérapeute découvre son patient, ses attentes, ses fragilités et ses ressources, et le patient apprend à connaître le thérapeute, à apprivoiser sa voix, sa posture et ses remarques.  Elle s’établit sur plusieurs rendez-vous et n’est pas non plus figée : elle évolue dans le temps, au gré des protagonistes qui l’animent…

 

Par moment, la Rencontre peut ne pas avoir lieu. Ce n’est pas grave un travail de réorientation pourra être discuté et effectué.

 

Pendant combien de temps ?

La durée d’une séance peut varier. Je propose des consultations individuelles qui durent entre 45 minutes et 1 heure. Dans le cadre des rencontres familles, la séance nécessite davantage de temps afin de laisser à chacun une durée d’expression suffisante. Ainsi, la séance dure entre 1h15 et 1h30.

 

La durée de la prise en charge auprès d’un psychologue est variable. Elle fluctue selon les attentes, la demande du patient et l’évaluation que peut en faire le thérapeute. Selon la demande et la problématique, la prise en charge peut varier de quelques rencontres ponctuelles à un suivi plus long.

Bien évidemment, une vigilance est apportée à la nécessité de poursuivre une prise en charge, ceci dans un dialogue constant entre le psychologue et son patient. Le psychologue se doit de préserver l’autonomie du patient, c’est-à-dire veiller à ce qu’aucune dépendance au thérapeute ne s’instaure. Décider de l’arrêt de la prise en charge est une décision commune. Le travail du psychologue se fait toujours avec son patient. La fin du suivi est donc discutée et travaillée.

 

Le rythme des séances varie à nouveau selon les besoins et la demande du patient. Les séances peuvent être hebdomadaires (chaque semaine), bimensuelles (deux fois par mois) ou encore mensuelles (une fois par mois). Selon l’évolution de la psychothérapie, la fréquence peut varier.

Le rythme est souple afin de s’adapter au plus près aux besoins du patient. A nouveau, cette rythmicité est discutée entre le psychologue et le patient.

 

Motifs de consultation

De nombreux motifs peuvent pousser à consulter. En voici une liste non-exhaustive :

  • Besoin de parler, de trouver un espace de parole bienveillant et distancié

  • Désir de mieux se connaître ou désir de mise en sens de son histoire

  • Souffrance suite à un événement particulier ou bien mal-être en sommeil, prenant de plus en plus de place

  • Période de vie présentant un changement

  • Survenu d’un événement particulier, pouvant être douloureux voire traumatique

  • Difficultés relationnelles

  • Signes de souffrance pouvant être divers (dépression, anxiété, obsession, addictions, etc.)